Androïd – un million d’appareils vulnérables au Québec?

Androïd

57,1 % des foyers québécois utilisent des téléphones intelligents. Combien de ce nombre utilisent des appareils Androïd qui sont souvent vulnérables?

Hier soir à la maison, j’ai entendu à la télévision que le CEFRIO a publié une étude intitulée « Équipement et branchement Internet des foyers québécois en 2015 ». L’animatrice du bulletin de nouvelles mentionnait différentes statistiques concernant l’adoption d’Internet dans les foyers québécois, du nombre de tablettes, et … du nombre de téléphones intelligents détenus au Québec.

Cette dernière statistique m’interpella. Je me suis demandé à ce moment, combien d’appareils intelligents pouvaient être vulnérables au Québec.

Utilisation des téléphones intelligents au Québec

En consultant l’enquête NETendances du CEFRIO, on peut lire l’affirmation suivante sur l’utilisation des téléphones intelligents au Québec:

La proportion de foyers équipés d’appareils mobiles est encore en croissance cette année. Le téléphone intelligent est présent dans 57,1 % des foyers québécois, une hausse par rapport à l’année précédente (53,3 %).

Si on considère que la population du Québec durant l’étude (en 2014) était évaluée à 8,215 millions (selon Wikipédia), le nombre de téléphones intelligents au Québec l’an dernier était estimé à 4,7 millions.

De ce nombre, j’étais curieux de connaître la proportion de ces appareils qui utilisaient le système d’exploitation Androïd. Pourquoi spécifiquement celui-là? Parce que cette plate-forme permet à n’importe quel développeur de créer une application et qui est la plus vulnérable.

Androïd, le système d’exploitation le plus populaire

Mes recherches m’ont conduit à une étude effectuée par Catalyst Canada et GroupM Next concernant l’utilisation des appareils mobiles au Canada en 2014. Plusieurs sites Web évoquaient cette recherche, mais je me suis intéressé à un article publié sur le site À vos affaires (qui visiblement est produit par Vidéotron).

L’article fait cette mention concernant les parts de marché des systèmes d’exploitation pour les mobiles au Canada en 2014:

Selon un récent sondage réalisé conjointement par Catalyst Canada et GroupM Next, le système d’exploitation Android occupe la plus grande part de marché avec 45 %, suivi par iOS avec 34 %. Blackberry avec 15 % et Windows Phone avec 4 % ferment la marche. Il est important de souligner que le système d’exploitation Android est utilisé sur de nombreux téléphones intelligents, par exemple les Galaxy Note 3, Galaxy S4 de Samsung et le Nexus 5 de Google; tandis qu’iOS est disponible exclusivement sur les produits Apple.

Avec ces informations, on peut affirmer qu’en 2014 au Québec, il y avait 2,1 millions de téléphones intelligents fonctionnant sous Androïd.

Portrait de la sécurité sur les mobiles Androïd

Je me suis attardé par la suite à trouver une étude traitant des vulnérabilités sous Androïd en 2014. Là ce n’est pas évident car il y a plusieurs études biaisées… Malgré cela, j’ai consulté un document produit par Symantec Norton Canada intitulé « Internet Security Threat Report (volume-20-2015) ».

L’étude de Symantec Norton Canada fait cette mention concernant les malwares sur les appareils mobiles:

 As of 2014, Symantec has identified more than 1 million apps that are classified as malware. […] Symantec expects the growth in mobile malware to continue in 2015, becoming more aggressive in targeting a user’s money. Already 51 percent of U.S. adults bank online and 35 percent use mobile phones to do so. This creates an incentive for malware writers to target phones to capture bank details.

De plus, le fabricant mentionne sur son blogue qu’à peine la moitié des téléphones intelligents Androïd sont dotés d’un antivirus ou d’un outil de sécurité efficace.

Au final

Selon les chiffres ci-dessus, c’est donc un million de téléphones intelligents Androïd détenus par des Québécois qui ne disposent d’aucun outil de sécurité pour se protéger. Sur 4,7 millions de détenteurs québécois, cela représente 22,5 % des appareils qui sont à risque pour des incidents de sécurité. C’est certain que ces chiffres sont approximatifs mais ils nous donnent une bonne idée du portrait de la sécurité des téléphones intelligents au Québec.

 

Photo: Pixabay.




Autres billets intéressants:

Laisser un commentaire